Retour au nouvelles et évenements

Innovation - Blogue

Le rôle du bois dans la réduction du carbone lors de la construction de nouveaux bâtiments

Le Seattle Bullitt Center a été nommé le « bâtiment commercial le plus vert dans le monde », et pour une bonne raison. L’installation comprend plusieurs caractéristiques de durabilité de pointe, y compris une enveloppe de bâtiment de haute performance, du chauffage par plancher radiant avec refroidissement passif et ventilation naturelle, une approche de l’eau Net-Zero, et même un système géothermique en boucle fermée.

L’une de ses caractéristiques de durabilité les plus importantes est cependant un peu moins high-tech, mais tout aussi efficace: l’utilisation omniprésente du bois dans sa construction.

Conçu par le Miller Hull Partnership en 2013, l’édifice de six étages de 52 000 pieds carrés comprend quatre étages de charpente en bois lourd de type IV construit sur deux étages de béton armé. Il comprend également des poutres de sapin Douglas laminées-collées, une terrasse en bois fabriquée en 2×6 et une terrasse de plafond en bois d’œuvre en 2×4. Tout cela représente près de 400 000 pieds de planches de bois dans la structure, soit environ 545 tonnes métriques de carbone stockées sur place dans le bois lui-même (ce dont nous discuterons plus loin), et 1 703 tonnes métriques d’émissions potentielles de CO2 économisées – assez pour alimenter une maison pendant 145 ans.

L’élan de construction du bois de masse

Le Bullitt Center n’est qu’un exemple de l’élan croissant du bois dans le secteur du bâtiment, en grande partie motivé par des préoccupations de durabilité ainsi que par l’évolution de la politique gouvernementale favorisant le bois dans les projets publics et autres projets de construction. Les bâtiments sont d’énormes consommateurs d’énergie, représentant 76% de toute l’électricité produite et 40% de toutes les émissions de carbone aux États-Unis. Ces chiffres représentent non seulement l’énergie d’exploitation, mais aussi l’énergie nécessaire à la production des matériaux dont ils sont fabriqués – notamment le béton et l’acier, le béton ayant été responsable de huit pour cent des émissions mondiales de carbone en 2018.

La lueur d’espoir, selon l’ American Wood Council, est que 75 pour cent du parc de bâtiments des États-Unis « sera soit neuf ou rénové » entre 2010 et 2035 – offrant une occasion unique pour les constructeurs, les architectes et les prescripteurs d’utiliser des matériaux produisant moins d’émissions de carbone, tels que le bois, dans la construction de nouveaux bâtiments ou des rénovations.

Une partie de l’élan croissant du bois est la popularité du bois massif, un type de produit en bois fabriqué en gros morceaux qui s’adaptent facilement ensemble et fournissent des augmentations massives de performance par rapport aux poutres en bois traditionnelles. Le bois massif se présente en plusieurs variantes, dont le bois laminé à la colle (glulam), le bois laminé croisé (CLT), le bois plaqué laminé (LVL), le bois laminé avec clous (LNL) et le bois laminé avec goujons (DLT). Le bois massif peut atteindre ou même dépasser les performances du béton et de l’acier, et il y a même une tour en bois massif de 80 étages qui a été proposée à Chicago.

Dans divers pays, la législation a également encouragé l’utilisation du bois lourd ainsi que le bois massif dans divers projets de construction, notamment::

  • France, où les nouveaux bâtiments publics doivent avoir au moins 0,2 mètre cube de bois pour chaque mètre carré de plancher
  • Nouvelle-Zélande, où les produits du bois doivent être considérés comme le principal matériau structurel des nouveaux bâtiments financés par le gouvernement qui ont jusqu’à quatre étages en hauteur
  • Japon, où les produits du bois doivent être considérés comme le principal matériau de construction des projets financés par l’État, et ce, jusqu’à trois étages en hauteur
  • Canada, où les gouvernements provinciaux de l’Ontario, de la Colombie-Britannique et du Québec encouragent l’utilisation du bois dans les édifices publics
  • Mais recommander le bois comme matériau de construction n’est pas seulement une question de politique publique, cela procure également d’importants avantages environnementaux, entre autres, aux propriétaires et aux gestionnaires d’immeubles.

    Les avantages du bois comme matériau de construction

    Les avantages associés au bois en tant que matériau de construction sont variés. Les évaluations du cycle de vie(LCAs), la méthode internationalement reconnue et normalisée d’évaluation de l’impact environnemental d’un produit (de l’extraction à la production, de son utilisation jusqu’à à son élimination) ont prouvé que les matériaux en bois produisent des émissions significativement inférieures à celles de produits similaires qui ne sont pas composés de bois. Grâce à la photosynthèse – le bois sert également à absorber les émissions de carbone d’une façon extrêmement efficace. Un document de recherche du Laboratoire des produits forestiers de l’USDA a conclu qu’une maison en bois de 2 062 pieds carrés pouvait stocker 10 500 livres de carbone ou emprisonner 38 500 livres de CO2. Et le centre de recherche forestière FPInnovations estime qu’un bâtiment en bois de 100 000 pieds carrés équivaut à enlever 1 400 voitures de la circulation chaque année.

    « La réduction des impacts des émissions de carbone associée à l’utilisation et au stockage du carbone dans les produits du bois à longue durée de vie entraîne une réduction des émissions nettes de carbone des produits du bois par rapport aux produits non composés de bois», peut-on lire dans le rapport. « Dans les cas que nous avons évalués, les réductions combinées des émissions de GES dues à l’utilisation des biocarburants, au stockage du carbone et aux émissions fossiles évitées sont toujours plus importantes que les émissions de carbone des produits du bois.»

    En effet, les avantages du bois en tant que matériau de construction sont variés et répandus, et sont même reconnus par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) de l’ONU, notamment :

    1) Réduction de l’empreinte carbone: Le bois a besoin de moins d’énergie pour être extrait, traité et transporté tandis que les bâtiments en bois ont généralement besoin de moins d’énergie pour être construits et entretenus.
    2) Haute performance: Le bois, en particulier le bois massif ainsi que d’autres types de matériaux liés au bois, sont légers mais incroyablement robustes et polyvalents, faciles à utiliser et ont une excellente capacité de charge.
    3) Meilleure efficacité thermique: La structure cellulaire du bois (qui comprend de nombreuses petites poches d’air) est faite sur mesure pour l’efficacité thermique, et est 400 fois supérieure à l’acier et 10 fois supérieure au béton pour résister à la chaleur. Le bois nécessite également moins d’isolation que les autres matériaux.
    4) Stockage du carbone: Les arbres absorbent le CO2 et libèrent de l’oxygène pendant la photosynthèse, stockant indéfiniment ce carbone dans le bois (jusqu’à ce que le bois brûle ou qu’il se décompose). Le bois utilisé dans la construction devient essentiellement un endroit de stockage du carbone.
    5) Encouragement des puits de carbone: La récolte sélective des produits du bois provenant de forêts en fin de vie aide à éliminer le bois en décomposition et pourri, qui émet du carbone. Une forêt mal gérée peut même être un émetteur de carbone – et est beaucoup plus à risque pour les grands événements de rejet de carbone tels que les feux de forêt – tandis qu’une forêt bien entretenue est habituellement considérée comme une forêt, qui élimine plus de carbone de l’atmosphère qu’elle n’en émet.
    6) Recyclage et réutilisation: Les produits forestiers peuvent plus facilement être recyclés, réutilisés ou récupérés pour l’énergie que la plupart des matériaux de construction autres que le bois.

    En effet, de nombreux experts considèrent l’utilisation croissante du bois comme un moyen pour améliorer considérablement la capacité de stockage du carbone dans le secteur du bâtiment. Et, comme nous l’avons mentionné, nous assistons déjà à un formidable essor dans cette direction, avec la plus haute tour en bois du monde – 85,4 mètres de haut – construite en Norvège en 2019.

    Vous vous demandez comment Unicel Architectural peut améliorer votre prochain projet grâce à des produits en bois tels que les murs-rideaux en bois? Contactez-nous dès aujourd’hui pour en savoir plus.

Nouvelles et mises à jour

Les dernières nouveautés d'Unicel Architectural

Unicel Architectural célèbre ses 60 ans d’activité

Nouvelles d'entreprise - Entreprise, Nouvelles et événements

Système de mur-rideau en bois

- Actualités produit, Blogue